Vous êtes ici : Accueil > La ville > Présentation de la ville > Son histoire

La ville

Son histoire

Photo blason boissy

Boissy, du latin " buxus "

Plus de la moitié des 894 hectares de la commune est couverte par les parcs boisés des châteaux de Grosbois et du Piple, et par la forêt Notre-Dame. Boissy, dont le nom viendrait du latin Buxus, buis, a été érigé en paroisse, sous le vocable de Saint-Léger, vers le VIIIe siècle. La seigneurie de Boissy-Saint-Léger, dont dépend le Piple, appartient à l’abbaye de Saint-Maur, et la terre de Grosbois à celle de Saint-Victor de Paris.

Le seigneur de Grosbois devient celui de Boissy-Saint-Léger

En 1563, l’abbaye de Saint-Victor, cède la terre de Grosbois à Raoul Moreau, trésorier de l’Epargne. Son gendre, Nicolas de Harlay, baron de Sancy, qui fait édifier un château sur le domaine à partir de 1597, acquiert la seigneurie de Boissy en1599. A partir de cette date, le seigneur de Grosbois est aussi seigneur de Boissy-Saint-Léger.

De Charles de Valois au futur Louis xviii

Charles de Valois, duc d’Angoulême, fait agrandir le château entre 1616 et 1650. Durant la Fronde, le village est dévasté. Maurice de Saxe habite le Piple de 1745 à 1750, et Mahé de la Bourdonnais, de 1751 à 1753. Achille de Harlay, président du Parlement de Paris, possède Grosbois de 1701 à 1712, et Germain Louis de Chauvelein, secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, de 1731 à 1762. Le comte de Provence, frère de Louis xvi , est le dernier seigneur de Boissy-Saint-Léger.

La Révolution française rebaptise Boissy qui accueille... le fameux Schulmeister

Pendant la Révolution, le village est rebaptisé Boissy-la-Montagne, durant deux ans. Barras, chef du Directoire, réside à Grosbois entre 1797 et 1801. Sommé de quitter la France, il vend le domaine au général Moreau qui doit lui aussi s’exiler. Le maréchal Berthier rachète Grosbois en 1805. La famille de Wagram conservera le domaine jusqu’en 1962. Propriétaire du Piple de 1812 à 1819, Schulmeister, chef de police secrète de Napoléon, le cède au banquier Conrad Hottinguer en 1810. Ses descendants en sont toujours possesseurs.

Boissy-Saint-Léger victime de la guerre de 1870

Le village est érigé en chef-lieu de canton en 1801. Il compte 500 habitants. C’est un bourg agricole. On y produit surtout des grains, mais on y cultive aussi la vigne. La vigne, qui couvrait 22 hectares en 1789, occupe moins de 4 hectares sous le Second Empire. Elle aura disparu en 1900. Durant la guerre de 1870, le village est occupé par les Prussiens ; il est saccagé.

Le chemin de fer arrive à Boissy-Saint-Léger

Boissy-Saint-Léger est desservi par le chemin de fer de Vincennes, depuis la gare de Bastille, à partir de 1874. Elle reste néanmoins une petite ville d’allure provinciale et tranquille. Entre les deux guerres, la population double à la suite de la construction, sur le plateau, des lotissements du Progrès et du Bois Clary. En 1936, elle atteint 2 600 habitants.

Un nouveau quartier la Haie Griselle

La réalisation, durant les années 1960, de plusieurs résidences représentant près de 800 logements, dans les quartiers du Centre et de Savereau, porte le nombre d’habitants à 5 200 en 1968. Après l’entrée en service, le 14 décembre 1969, du rer qui met Boissy-Saint-Léger à 30 minutes du Châtelet, un nouveau quartier – la Haie Griselle – comportant 2 480 logements, est construit dans la plaine, entre 1973 et 1984.

Boissy-Saint-Léger aujourd’hui

Aujourd’hui, la population dépasse les 15 000 habitants, douze fois plus qu’en 1920. Depuis 1966, Grosbois abrite un centre d’entraînement des trotteurs de réputation internationale.

Quelques livres sur l’histoire de la ville

Les ouvrages qui suivent peuvent être consultés à la bibliothèque municipale

  • Grosbois (2e édition) par R. Guillemard
    • 160 pages, format 23 x 29 cm, 150 photos d’art en couleur - 1993
  • Boissy-Saint-Léger, mon village par R. Guillemard
    • Premier tome de l’histoire du village et de ses habitants, des origines à 1871.
    • 320 pages, 20 x 27 cm, 150 illustrations - 1988
  • Boissy-Saint-Léger, ma ville par R. Guillemard
    • Second tome de l’histoire du village et de ses habitants, de 1871 à 1988.
    • 384 pages, 20 x 27 cm, 350 illustrations - 1992
  • Boissy-Saint-Léger, album 1900 par R. Guillemard
    • Reproduction de 65 cartes postales anciennes dépeignant la vie à Boissy-Saint-Léger en 1900.
    • 40 pages, 15 x 21 cm - 1976
  • Boissy-Saint-Léger, notices historiques, faits et chiffres par R. Guillemard
    • Recueil d’articles parus dans le bulletin municipal de 1967 à 1985 et de 1986 à 1992.
    • 75 pages illustrées, 21 x 29,7 cm - 1993
  • La Haie Griselle
    • Le quartier ... avant sa création, sa construction, sa gestion.
    • 37 pages illustrées, 21 x 29,7 cm - 1986
  • Documents pour l’histoire de Boissy-Saint-Léger
    • 38 pages illustrées, 21 x 29,7 cm – 1986
    • Julien Vallou de Villeneuve (1795 – 1866)
  • Peintre, lithographe, photographe par R. Guillemard
    • 144 pages illustrées, 21x29 cm – 277 illustrations - 2001
  • Boissy-Saint-Léger – Mémoires en images par R. Guillemard
    • 128 pages, 16x23 cm – Editions Alan Sutton - 2010
    • 200 illustrations de cartes postales et photos
  • Boissy-Saint-Léger sous l’Ancien Régime par Agnès Gruson
    • 160 pages illustrées, 16x23 cm – Editions Nolin - 2001
  • Si le trot m’était conté par Martine Della Rocca
    • 108 pages illustrées, 19x31 cm – Editions 2Mes+ - 2011
 
Haut de page