Vous êtes ici : Accueil > Culturel et sportif > Saison Culturelle > Résidence Kivuko

Culturel et sportif

Résidence Kivuko

La compagnie de danse Kivuko est en résidence de territoire durant l’année 2018 à Boissy-Saint-Léger : rencontres,spectacles, ateliers avec les publics petits et grands, cette résidence est l’occasion de découvrir un univers artistique tout au long de l’année, et pour la compagnie de créer ses spectacles grâce à des espaces prêtés par la Ville.

Leur spectacle Soleil a été présenté début mai dans une version nomade à l’école des châtaigniers, lors de l’inauguration du nouveau City stade au Square Dunant et à côté du Forum. Y rayonnait le danseur Yves Mwamba.

Ils ont mené des ateliers d’initiation à la danse contemporaine à l’école maternelle des Châtaigniers et dans le quartier de la Haie Griselle avant et après le spectacle Soleil.

Ils ont participé à la semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme en proposant des ateliers aux élèves de Blaise Cendrars dans le cadre de leur cours d’accrogym autour du monde chorégraphique de Pina Bausch et du film Les Rêves dansants.

Ils sont venus à Boissy Plage présenter leur duo Entre chien et loup

Ils seront  à l’ouverture de la nouvelle saison« connectée » le vendredi 21 septembre au Forum.

Ils présentent leur dernière création « Lune » en novembre au Forum, l’occasion de poursuivre les ateliers d’éveil à la danse avec les plus petits !

Qu’est-ce qu’une résidence ?

Un organisme public, une entreprise ou un particulier peuvent accueillir des artistes dans un lieu et  mettre à leur disposition les moyens et les outils nécessaires pour réaliser un travail de création artistique. De leur côté, les artistes proposent des rendez-vous, des représentations pour la population locale et des tarifs moins élevés pour la collectivité qui les accueille. On parle alors de « résidence de création ». La durée et les moyens engagés varient d’une résidence à l’autre. La complicité et le désir de partage de compétences sont les clés d’une résidence réussie.

Christina Towle, une artiste en mouvement

Christina Towle, chorégraphe de talents et sa compagnie Kivuko proposent de nouvelles créations à Boissy-Saint-Léger. Rencontre.

Dans le cadre de la semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme et de leur résidence à Boissy-Saint-Léger, la chorégraphe Christina Towle et sa Kivuko Cie ont présenté un extrait de leur spectacle Entre chien et loup, le 22 mars 2018. Ce même jour, la classe de 3èmeB du collège Blaise Cendrars a fait une restitution de leurs découvertes en atelier danse contemporaine/accrogym, avec les conseils de Christina. Pendant ce temps de travail et de création, nous avons eu la chance d’échanger avec Christina Towle, qui tient les ficelles de la Kivuko Compagnie depuis 2015.

En Swahili, « kivuko » signifie « d’une rive à l’autre » etc’est un peu le parcours de vie et la philosophie de Christina Towle. Avant des’installer en France, Christina vivait à l’autre bout de l’Atlantique, à New-York.Si elle a conservé un accent piquant, son français est impeccable. Elle a grandi à Brooklyn et y est restée jusqu’à ses 24 ans. Après des études à la Merce Cunningham Dance Company, elle choisit la France pour faire un échange linguistique, son premier contact avec le pays. Christina se lance ensuite dans un parcours du combattant pour obtenir la double nationalité. Aujourd’hui, Christina est franco-américaine. De cette double culture, elle aime se sentir différente :américaine à Paris et française à New-York ! La jeune femme nous explique que la Grosse Pomme est une ville où la création de danse contemporaine est particulièrement difficile. « Paris est un berceau pour ce style de danse, c’est donc assez naturellement que je suis venue en France », raconte l’artiste. Dans le parcours de Christina Towle, avant la chorégraphie, il y avait la danse.Pourtant, aujourd’hui, elle se dit beaucoup plus à l’aise dans la position de chorégraphe. Christina aime donner à voir, travailler avec les jeunes et les adultes et les aider à être conscients de leur corps. Elle se déplace dans les écoles,les collèges, les centres sociaux. « Grâce à ce métier, je rencontre des personnes très différentes et je côtoie de nombreux milieux », explique-t-elle avec le sourire. Christina n’avance pas seule, elle est accompagnée de Djino Alolo Sabin, co-directeur de la compagnie et danseur. Djino est un hip-hopeur et travaille avec d’autres chorégraphes, comme Olivier Dubois, Boris Charmatz,Dominique Brun. Djino a lui aussi une histoire « d’une rive à l’autre », entre le Congo et la France. À eux deux, ils ont créé le projet Kivuko, inspiré parles rythmes africains, le hiphop, la musique, la danse et le sport. Ce métissage et ce caractère hybride sont l’essence même de Kivuko.

La compagnie propose des spectacles pour enfants et adultes.Actuellement, elle prépare un triptyque pour les moins de trois ans, qui se compose ainsi : Lune, un solo chorégraphique pour l’énergie lunaire, Soleil, un solo chorégraphique pour l’énergie solaire et le duo Entre chien et loup. Dans ce dernier volet, l’homme est le chien, il a l’extériorité, l’expressivité. La femme est le loup, elle a la fluidité, la précision, l’intériorité, la rondeur et la gravité.

Après la projection du documentaire d’Anne Linsel et de Rainer Hoffmann, Les Rêves dansants et un ciné bal du même nom, le travail collaboratif avec les collégiens de Blaise Cendrars et leur professeur d’E.P.S.Mme Freund, les ateliers dans les classes maternelles de l’École des Châtaigniers, nous ne pouvons que remercier Christina et sa compagnie de partager leur talent avec les Boisséens.

Propos recueillis parClaire Chauchard, adjointe au maire élue à la culture.

 

 

 

 

 
Haut de page